[Tout sur le Chili] Histoire
Tout sur le Chili
Mardi 23 mai - s. Desiderio (Didier)
Accueil du siteHistoire
Articles publiés dans cette rubrique
Le Chili préhispanique
Les préhistoriens s’accordent à penser que les populations primitives du continent américain étaient d’origine asiatique. Les premiers humains seraient arrivés, par vague successives, passant de l’Asie à l’Amérique par la région du détroit de Behring, alors à sec.
On situe le début de cette migration aux alentours de 50 000 av J-C. Chaque nouvelle vague de migrants poussant la précédente un peu plus au sud, la terre chilienne ne reçut ses premiers habitants qu’en 10 000 av J-C. C’est à San Pedro de Atacama qu’on a retrouvé les vestiges les plus anciens, alors que la région centrale et la Terre de Feu (...)

lire la suite de l'article
La conquête
C’est au sortir du Moyen-Âge que l’Europe, qui avait déjà eu des ouvertures sur un monde différent au travers des croisades, va établir des relations commerciales de plus en plus intenses avec l’Orient. On en rapporte des épices, des soieries, des bijoux et des mythes...
A la fin du xve siècle, l’Espagne, unifiée sous la férule des Rois Catholiques, ayant enfin réussi à se débarrasser des Maures, commença à vouloir prendre part à cette expansion vers l’Orient. On trouvait dans la noblesse espagnole d’alors, la haute noblesse possédant terres, richesses et renommée, mais aussi une petite noblesse, pauvre, (...)

lire la suite de l'article
La consolidation de la conquête
Dès le début, les conquistadors durent lutter durement contre les Mapuches qu’ils nommèrent les Araucanos (de auca, mot quetchua qui signifie « insoumis »). Chaque ville dut être protégée par un fort et ses habitants vécurent continuellement sur le qui-vive.
En 1553, la conquête du Chili paraissait entrer dans sa phase de consolidation. Mais, vers la fin de l’année, les Araucans donnèrent des signes d’agitation et les Espagnols durent se préparer au combat. Sortis de Concepcion, Valdivia et ses hommes atteignirent le jour de Noël le fort de Tucapel dont il ne restait plus que des ruines fumantes. Les (...)

lire la suite de l'article
La Colonie
On nomme ainsi la longue période s’étendant entre le xviie siècle et l’Indépendance. Le Chili, qui faisait partie du vaste empire d’Autriche, puis, dès 1700, de la maison des Bourbons, dépendait juridiquement et administrativement de l’Espagne. Pour gouverner l’Amérique, la monarchie espagnole mit en place deux grandes vice-royautés, celle du Mexique et celle du Pérou, qui veillaient sur de vastes territoires et avaient un droit de regard sur les régions voisines. Le Chili se voyait donc sous la double tutelle de l’Espagne et du Pérou. A la tête du pays se trouvait le gouverneur, qui était aussi le chef (...)

lire la suite de l'article
L’indépendance
Le mouvement intellectuel qui se développa en France et en Europe pendant le XVIIIe siècle, que l’on a appelé ensuite le Siècle des Lumières, arriva en Amérique et au Chili où Montesquieu, Voltaire et Rousseau étaient lus sous le manteau. Le rationalisme, l’optimisme utopique et le désir de réformes que proclamait ce courant, joint à la connaissance de l’indépendance nord-américaine et de la Révolution Française, préparèrent, parmi les habitants des colonies, le climat propice à une émancipation politique. Survint alors la capture du roi d’Espagne, Ferdinand II, par Napoléon Bonaparte et la situation critique (...)

lire la suite de l'article
La consolidation de la République
Le libérateur O’Higgins fut investi des pleins pouvoirs. Sa première préoccupation fut la lutte contre les royalistes, ainsi que la préparation de l’expédition de libération du Pérou, mais il se soucia aussi d’organiser l’Etat et l’administration publique. Il promulgua la première constitution, établit un sénat et restructura le pouvoir judiciaire. Il s’attacha particulièrement à tout ce qui était du domaine de l’éducation et de la culture.
O’Higgins fut contraint de démissionner en 1823 en raisons des résistances que suscitaient sa politique intérieure ; une période d’agitation s’ensuivit. Il faudra attendre (...)

lire la suite de l'article
La guerre du Pacifique et le remodelage des frontières
Au début du xixe siècle, quelques pionniers chiliens commencèrent à explorer le désert d’Atacama, à la recherche de cuivre, d’or, d’argent, de guano (1), mais plus encore de nitrate. Une fois les gisements découverts, ils furent exploités avec une main d’œuvre presque exclusivement chilienne.
Au temps de la colonie, les frontières avaient été délimitées de manière assez aléatoires dans des régions qui paraissaient sans intérêts. Des traités successifs fixèrent la frontière nord au 24e parallèle, au sud d’Antofagasta. Mais bientôt des différents opposèrent le Pérou et la Bolivie au Chili.
Le gouvernement du Chili, (...)

lire la suite de l'article
Changements de Société
Une fois la paix extérieure établie, le Chili progressa à un rythme soutenu, basant son économie sur les exportations de nitrate. Soulignons, toutefois, que ce sont presque exclusivement des compagnies étrangères, surtout anglaises, qui exploitaient le sous-sol chilien.
La prospérité s’accompagna de profonds changements de société. Celle-ci passa du schéma paternaliste d’une économie principalement agraire au schéma capitaliste, basé sur une intense exploitation minière, sur le commerce internationale et sur l’activité financière.
Par ailleurs, la libéralisation de la société amena une nouvelle (...)

lire la suite de l'article
Histoire contemporaine
En 1952, l’ancien dictateur Carlos Ibañez gagne les élections présidentielles, soutenu par une coalition hétérogène de conservateurs, de populistes et de fascistes. Son gouvernement conduit une politique incohérente et devient très vite impopulaire.
Les élections suivantes, celles de 1958, sont remportées par Jorge Alessandri, appuyé par les partis de droite. Sous son septennat, des progrès sont réalisés dans le domaine culturel et économique, mais on note surtout un important développement industriel. Cependant, dès 1960, il doit affronter une importante agitation sociale, et il devient évident que (...)

lire la suite de l'article
Allende, "El Chicho"
A l’approche des élections de 1970, la polarisation droite-gauche est intense et le climat social très agité. L’alliance des partis de gauche, l’Unité Populaire, choisit de nouveau Salvador Allende comme candidat. L’Unité Populaire plaide pour des changements radicaux, elle propose une transformation profonde de la société, une « révolution », mais par des voies légales : expropriation des grands propriétaires terriens, nationalisation des banques, des compagnies d’assurance et de certaines grandes entreprises industrielles. Allende a pour adversaire Rodomiro Tomic, candidat démocrate-chrétien et (...)

lire la suite de l'article
Le coup d’Etat
Il n’en aura pas le temps. Le 11 septembre 1973 à 9 h du matin, le palais présidentiel est attaqué par des militaires sous le commandement de Pinochet. Ceux-ci font à Salvador Allende une proposition : un avion l’attend lui, sa famille et ses proches collaborateurs, pour les faire sortir du pays. Allende, fidèle à son intégrité, refusera tout net.
Il mourra les armes à la main, non sans s’être adresser une dernière fois à son peuple dans un discours extrêmement émouvant qu’on peur lire aujourd’hui sur sa tombe.
Au soir du 11 septembre le palais de la Moneda, criblé de balles, bombardé, ravagé par le feu (...)

lire la suite de l'article
L’arrestation de Pinochet
16 Octobre 1998
Augusto Pinochet, l’ancien dictateur Chilien, âgé de 82 ans, est arrêté à Londres, dans la clinique où il avait été opéré d’une hernie lombaire à la demande du juge espagnol Baltasar Garzon
Avec son passeport de sénateur à vie l’ancien dictateur se croyait protégé par l’immunité diplomatique mais, 25 ans après le coup d’état sanglant qui l’avait porté au pouvoir, le voilà menacé pour la première fois de répondre de ses actes.
Aussitôt quelques dizaines de manifestants envahissent les trottoirs sous les fenêtres de la clinique, criant : "Pinochet, tu es coupable de génocide"
Il devrait être (...)

lire la suite de l'article